L’isolant est de première importance, pour le confort de l’habitation. Il est indispensable que les matériaux employés dans la construction (pour les murs, cloisons, planchers, toitures, revêtements) s’opposent, autant que possible, aux déperditions de chaleur et à la transmission des bruits.

isolant

C’est pourquoi on étudie et évalue scientifiquement par des coefficients le pouvoir isolant des matériaux, du double point de vue thermique et phonique. Par abréviation, on appelle isolant un matériau à faibles coefficients de transmission de la chaleur et du son, même sous une épaisseur réduite. Les isolants thermiques peuvent être employés à deux usages : pour s’opposer aux pertes de chaleur (on les nomme alors aussi corps calorifuges) et pour conserver le froid (c’est le principe des bouteilles isolantes). Leur emploi conduit à d’importantes économies de combustible par le calorifugeage des locaux, des canalisations de chauffage central, des réservoirs d’eau chaude, etc.

Dans les pays chauds, les mêmes isolants servent à protéger l’habitation de la chaleur extérieure. Dans nos pays tempérés, une maison isolée sera plus confortable aussi bien en été qu’en hiver. Les isolants sont utilisés de même dans la grande industrie frigorifique et dans les appareils domestiques de conservation du froid (chambres froides, glacières, réfrigérateurs).

isolantToutefois, la plupart des isolants thermiques ont ce caractère commun d’être légers et d’emprisonner dans leur structure un volume considérable d’air, mauvais conducteur de la chaleur. Pour cette raison, ils sont généralement aussi de bons isolants phoniques. Les isolants employés dans la construction se présentent sous des formes diverses : poudres, grains, fibres, feutres, plaques compressées ou agglomérées, enfin certains enduits.

Souvent, un même produit se présente sous plusieurs formes, ou en plaques plus ou moins comprimées : les moins comprimées sont plus isolantes, mais fragiles, les plus comprimées ont une surface dure et peuvent constituer un revêtement. Les matériaux en plaques ou feutres sont les plus faciles à mettre en œuvre soi-même. Pour l’emploi judicieux et la pose des nombreux produits qu’on trouve dans le commerce, se reporter aux notices techniques des différentes marques. Certains isolants s’opposent bien aux déperditions de chaleur pour les températures normales des locaux d’habitation. Mais, étant peu résistants aux températures élevées, ne s’emploient pas pour le calorifugeage des conduites d’eau chaude, ou les calorifugeages industriels. Les matériaux isolants sont à base végétale ou minérale ou composés des deux. Ceux dont la base est végétale sont (ou doivent être) ignifugés et rendus imputrescibles par des traitements appropriés.

Les principaux isolants sont :

Le liège

Employé soit sous forme de poudre ou de granulés (dans les cloisons doubles ou les hourdis de plancher), soit en briques ou en plaques agglomérées à la résine naturelle ou avec du brai,

Le bois naturel

Utilisé dans les lambris, parquets, etc., ou sous forme de feuilles minces collées en plusieurs épaisseurs et appelées contre-plaqué.

Les fibres de bois comprimées

Agglomérées à la résine, sous forme de plaques d’épaisseur et de dureté variables,

Les fibres de bois agglomérées au plâtre ou au ciment

Sous forme de plaques, parfois un côté formant enduit,

Les fibres de bois de grande dimension

Agglomérées au ciment magnésien,

Les petites fibres cellulosiques

Qui entrent comme armature dans la composition de certains enduits épais isolants,

La paille de blé ou de seigle

isolantEmployée autrefois dans les toitures en chaume, excellent isolant, mais abandonnée à cause du danger d’incendie, et qui est utilisée dans des produits isolants modernes, sous forme de panneaux rigides et incombustibles de paille compressée, maintenue par une armature de fils d’acier,

Les isolants à base de fibres de canne à sucre ou de varech,

Les papiers, cartons et feutres

Ignifugés, employés en plusieurs épaisseurs,

La terre cuite, avec vide d’air

isolant(Briques creuses, hourdis creux, cloisons doubles, sous-toitures, etc.). On peut remplir les vides d’un isolant en poudre ou en grains (la terre argileuse non cuite, mêlée à de la paille, formait autrefois, surtout à la campagne, les pisés et torchis, matériaux isolants, mais peu durables),

La magnésie

En poudre ou agglomérée en briques (plaques ou pièces de formes moulées),

Les diatomites ou kieselgur

roches très légères formées de squelettes fossiles, en poudre ou agglomérées avec de l’amiante, surtout utilisées dans l’industrie,

La laine de scories ou laine minérale

Produit fibreux obtenu par l’action d’un jet de vapeur à haute pression sur les scories en fusion des hauts fourneaux,

La laine de roche

Produit fibreux obtenu après fusion de certains minéraux siliceux. Par ailleurs, une cuisson superficielle peut donner une croûte dure sur une des faces,

Les déchets de mica, ou vermiculite

isolantEmployés mêlés au ciment et à d’autres liants,

Le béton cellulaire,

isolantLes matières plastiques cellulaires, sortes de mousses solides ou souples, dont la structure est formée d’une infinité de cellules vides très petites, donc très légères (exemple : produits vinyliques cellulaires, vendus sous forme de plaques souples ou durcies, de toutes couleurs, avec ou sans pellicule lisse en surface),

Les isolants métalliques

Formés par l’empilage de feuilles gaufrées, très minces, d’aluminium, matériau léger et durable,

Les isolants à base de verre

isolantLe verre étant par lui-même un conducteur de la chaleur, devient, au contraire, un très bon isolant lorsqu’il se présente sous forme de fibres extrêmement fines obtenues par étirage de verre fondu, appelées improprement laine de verre. C’est alors l’air qui se trouve entre les fibres qui le rend isolant. Produit brillant, semblable à de la ouate, qui peut s’employer sous cette forme (par exemple, entre deux parois de cloisons) ou sous forme de feutre. Une couche de ces fibres de verre entre deux plaques de verre constitue un vitrage isolant. C’est translucide mais non transparent, fenêtre à double vitrage.

Enfin, certaines briques de verre

Faites de deux éléments en verre creux soudés l’un à l’autre. Permettent de construire des parois verticales translucides dont l’isolation thermique est due à l’air inerte se trouvant à l’intérieur des briques.

L’amiante

Jusqu’en 1996 (avant l’interdiction du 24 décembre 1996) on utilisait l’amiante sous forme de fibre minérale naturelle, qui pouvait se filer et se tisser, très résistante à la chaleur, elle était employée pour le calorifugeage des tuyauteries d’eau chaude. Il y avait également l’amiante-ciment, aggloméra d’amiante et de ciment. Puis employé sous forme de plaques planes ou ondulées pour des usages très divers.

Isolant acoustique

Il ne faut pas confondre l’isolation phonique, qui tend à empêcher les bruits de passer d’une pièce dans une autre, avec l’isolation acoustique. Son objet est d’empêcher les sons de se réfléchir sur les parois de la pièce elle-même. Les revêtements présentant une surface rugueuse ou poreuse, striée ou percée de trous… Les isolants souples, les isolants à grandes fibres de bois (peints, mais laissés apparents)… Ou les isolants cellulaires à surface brute constituent des isolants acoustiques.

Isolation de la trépidation.

Les bruits sont des vibrations audibles accompagnées généralement de vibrations inaudibles ou trépidations. Ces vibrations, même peu sensibles, agissent à la longue sur le système nerveux. Il est donc indispensable d’isoler de façon spéciale les appareils capables de produire des trépidations. Dans l’habitation : moteurs d’ascenseurs, de monte-charges, et nombreux appareils ménagers. On utilise pour cela des revêtements de sol souples et des semelles souples plus épaisses sous les appareils.