Prévoir une véranda est un excellent choix approprié pour la conception bioclimatique. En hiver, l’émission des rayons solaires sera captée par la dimension vitrée. L’air est réchauffé et dépasse la chaleur interne de l’habitat. En ouvrant les portes ou les fenêtres qui donnent dans la véranda, on réalise une circulation d’air qui va réchauffe le volume interne par convection. Les murs qui sont entre l’habitation et la véranda emmagasinent de la température, qui sera restituée quand qu’il n’y aura plus de soleil. En été, les ouvertures qui donnent dans la véranda et le volume externe apporte la fraîcheur pendant la nuit. Pour cela, la partie ouvrante des surfaces vitrées doit être entre 20 et 30 % de la dimension vitrée complète.

véranda
Alors, si l’on respecte un certain nombre d’obligations, le gain en bien-être et en économie de la matière énergétique peut être très conséquent (jusqu’à 30 %). Néanmoins, il faut veiller à empêcher les fautes d’implantation ou d’étude pour ne pas se trouver avec une véranda complètement glacière en période froide ou une étuve impraticable l’été.

Orientation de la véranda

II y a peu d’avantage à mettre une véranda au nord, si ce n’est pour l’effet tampon qu’elle pourrait apporter. Les orientations à ouest ou à est sont à éviter. À l’est, le gain de température est nul pendant la période froide. À l’ouest, le soleil devient un risque important en période chaude. L’excellente orientation se trouve de sud-est à sud-ouest. La configuration de la véranda est un sujet important à prendre en considération. Le genre le plus adéquat est dit en verrue, c’est quand la véranda est collée à la façade du gros-œuvre. Dans ce cas, les gains sont minimes parce que l’émission solaire entre et repart facilement. Car le transfert de température vers le volume interne de l’habitat est limité. La surchauffe en période ensoleillée intervient rapidement.

Conception d’une véranda

  • Les vérandas en soutien d’angle s’encastrent presque totalement dans l’architecture. Car les apports des rayons solaires sont mieux pris en compte comparativement aux modèles en verrue.
  • Les vérandas semi-encastrées apportent des capacités voisines de celles en soutien d’angle et affichent un champ de vision agrandi.
  • Les vérandas encastrées s’intègrent complètement dans l’architecture, sans déport en façade. Elles affichent un excellent rendement énergétique, car la quasi-totalité de l’émission captée est diffusée dans l’habitation avec l’aide de l’important volume d’échange.

Une toit opaque isolée signifie qu’il y a eu une excellente décision pour une véranda. Néanmoins le toit peut être vitré. Dans ce cas, le gain en température sera toujours plus important en hiver, mais en été la surchauffe sera également plus élevée et il sera peu aisé de maintenir une chaleur agréable. Prévoyez un dispositif d’occultation solaire. Attention, quel que soit le dispositif choisi, il est préférable de le placer à l’extérieur de la véranda. C’est comme cela qu’il sera le plus performant et vous protégera parfaitement des émissions. Placé sur les flancs internes, une sécurité, même très occultante, est bien moins performante, car elle n’élimine pas l’effet de serre qui se crée obligatoirement dès que les rayons du soleil pénètrent dans la véranda.

La surface vitrée de la véranda

Quel que soit le genre de véranda mis en place, la dimension vitrée doit être conséquente (au moins 20 m2). Pour qu’elle puisse réchauffer parfaitement l’habitat en hiver. Prévoyez-la élevée, si c’est envisageable, sur 2 niveaux. Le sol et les cloisons ont besoin d’être exécutés avec des matériaux compacts et de couleur sombre. Une véranda bien étudiée et bien faite n’a pas besoin d’être chauffée, même en période de froid, car cela peut générer de la condensation sur les vitrages. Côté externe, choisissez un vitrage double. Pour la séparation avec les volumes internes, il est souhaitable de mettre en place des vitrages classiques. Pour bénéficier de la conductivité calorique, faites, si cela est envisageable, prévoir un sol sur le même plan et de même nature que les volumes attenants.

De même, pour avoir la possibilité de maîtriser les flux de température, il est souhaitable de conserver les boiseries entre la véranda et la maison.